Communiqué : Mettre fin à la galère des usagers

Les usagers de l’axe Paris-Caen-Cherbourg connaissent une situation inadmissible concernant leurs conditions de transport. Cette situation est le résultat d’une gestion des trains qui s’effectue dans une logique purement libérale où la recherche d’économie à tout va entraîne des dysfonctionnements permanent sur la plupart des axes Normands. L’arrivée de nouveaux matériels n’a réglé en rien les conditions de circulations des trains qui sont impactés par les travaux liés aux retards pris sur l’entretien et la modernisation des infrastructures. A chaque fois, bien qu’il existe d’autres solutions forcément un peu plus coûteuses, Réseau SNCF préfère supprimer des trains et laisser les usagers dans la galère. Cette politique s’accompagne de choix politiques du Président de la Région Normandie qui cherche à tout prix à optimiser ses dépenses pour le transport ferroviaire en s’inspirant de la logique libérale qui consiste à supprimer des trains au prétexte qu’ils sont moins remplis. Situation contraire au développement d’un moyen de transport parmi les plus écologiques au moment où les experts du climat recommandent de développer les trains pour faire baisser les gaz à effet de serre. Autre aberration, cette décision est maintenue alors que le prix des carburants explose et qu’au plan national le train connaît une nouvelle affluence. Quant au prétexte de la réservation obligatoire, c’est à la fois la volonté d’optimiser les coûts et faire payer plus cher les usagers tout en les privant de la liberté de voyager qui peut varier en fonction de leurs besoins. C’est la fin programmée du service public accessible à tous et dans tous les territoires. Le collectif citoyen apporte son soutien aux revendications des quatre associations d’usagers dont ceux de Paris Caen Cherbourg et Paris Rouen Le Havre. Il exige la fin de la réservation obligatoire pour tous les trains et le maintien de places disponibles avec liberté d’accès dans tous les trains. Quant à la tarification, elle doit être dégressive en fonction de la distance parcourue et, comporter une dimension sociale, à l’exemple d’autres pays qui pratiquent des abonnements à des prix particulièrement modestes voire à la gratuité sur certains parcours. Pour rappel : les 100 milliards de la pollution et les 100 milliards de coûts externes liés aux transports routiers sont supportés par la collectivité nationale. L’État doit jouer son rôle et la Région ne doit pas tourner le dos à ses obligations de rendre accessible le train à tous dans de bonnes conditions. Quant à la SNCF, elle devrait se recentrer sur ses missions. Actuellement, elle dispose de plus de 9 milliards de réserves financières et va dégager plus d’1,5 milliards d’excédent pour cette année en partie grâce aux 12 millions de billets vendus cet été. Résultats qui devraient servir à améliorer les conditions de transport, assurer l’achat de matériel, et à embaucher les effectifs nécessaires pour assurer l’accueil, la maintenance et l’entretien du réseau. Seules conditions pour améliorer la qualité de service, augmenter le nombre de trains et rendre accessible le droit au transport pour tous dans des conditions de fiabilité, de sûreté et de sécurité. Le président du collectif citoyen de défense des axes ferroviaires sud Normandie Philippe Denolle


30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout