Service Express Métropolitain

Un réseau cadencé de trois lignes, inspiré du modèle suisse, permettant à un maximum d'habitants de la métropole de se passer de la voiture pour les trajets domicile-travail et loisirs. Le SEM répond aux besoins de nos concitoyens de se déplacer :

  1. Rapidement : Les habitants ont besoin d'aller de part et d'autre du territoire pour travailler, étudier se soigner, acheter, dormir, manger et se divertir. 

  2. Économiquement : Les habitants bénéficieront de l’intégration tarifaire avec la création d’un titre unique, qui permettra de créer un service unifié dans le cadre de la multimodalité.

  3. Écologiquement : On offre enfin un moyen de déplacement sain pour la planète en réduisant les émissions de CO².

Trois lignes

Plan de lignes SEM (4)_edited.png

Elle est déjà existante. Pour améliorer cette ligne, il faudrait rétablir les horaires 2020 avec le retour des trains et des arrêts qui ont été supprimés en heure de pointe. En outre, il faudrait également améliorer le projet de pôle multimodal à Tourville-la-Rivière et créer une nouvelle gare à Cléon à proximité de l'hôpital et de l'usine Renault.

Plan de lignes SEM (3)_edited_edited.png

Grâce à la rénovation des lignes Motteville-Montérolier et Serqueux-Gisors, le trafic fret venant du port ferroviaire du Havre libère désormais des sillons. Seule la section entre Malaunay et Clères est à électrifier. En sachant qu’à terme, l’électrification  pourrait aller jusqu'à Dieppe. Il existe la possibilité de rouvrir la gare de Darnétal et de créer une gare à Isneauville.

SEM B big (1)_edited.png

En découpant le projet en plusieurs étapes, il est possible d'aménager et d'améliorer la ligne Rouen St Sever à Elbeuf ville

En résumé

Ce Service Express Métropolitain, sous le sceau du rail public avec ses trois lignes proposées, doit prendre place au sein du projet d’avenir « décarboné » de l’agglomération de Rouen. Il se veut être la traduction pratique du rapport axé sur les mobilités au quotidien du Conseil économique, social et environnemental régional de Normandie (CESER), édité en avril 2019. De fait, il engage les exécutifs politiques de la métropole Rouen-Normandie, du Département de Seine-Maritime et de la région Normandie, sans occulter les propres responsabilités en la matière de l’État. Outre de lutter efficacement contre la saturation routière, le péril climatique, la pollution et les nuisances pour la population avec une réduction de l’ordre de plus de 60 000 tonnes de CO2 par an, il contribue à l’amélioration de la santé et de la qualité de vie des populations. Sa réalisation technique est tout à fait envisageable, d'autres projets de SEM sont en cours de réalisation là où une volonté politique a décidé de les étudier puis de les mettre en oeuvre. La réalisation de ces infrastructures modernes, sûres et fiables permettra de pouvoir transporter en masse des voyageurs et des marchandises. En s'appuyant sur un service public ferroviaire de qualité, en répondant aux enjeux liés à l'urgence climatique, car la France n'est pas du tout sur la bonne trajectoire pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ensemble pour les générations futures, il nous faut réorienter les financements, notamment publics, vers les modes de transport les moins polluants, à la différence de ce qui se fait aujourd'hui comme par exemple les autoroutes de type contournement Est (pour rappel ce projet de 41 km d'autoroute à péage pour 1 Milliard d'euros) 200 Millions pris en charge par la Région Normandie générant 50 000 tonnes de CO2 en plus par an.

Outre les enjeux de déplacements propres aux résidents de l’aire urbaine rouennaise, ceux relatifs à leur environnement, à l’accès aux services publics centraux, aux bassins d’emplois, concourent à faire d’un tel projet un acte d’aménagement du territoire majeur pour son développement durable.

Conclusion

Screenshot 2022-05-03 14.53.45.png